Regards croisés sur les « accaparements des terres » en Afrique. Contextes, acteurs et politiques publiques

Regards croisés sur les « accaparements des terres » en Afrique. Contextes, acteurs et politiques publiques

Informations

  • Date : 26.05.16
  • La Maison des Suds, Bordeaux
  • Bordeaux
  • France

Laboratoire les Afriques dans le Monde, Université Bordeaux Montaigne-IEP Bordeaux

Cette journée d’étude pluridisciplinaire se propose d’approfondir la réflexion sur l’augmentation des transactions foncières, souvent qualifiées d’« accaparement des terres », en Afrique et qui a suscité un véritable engouement médiatique et scientifique à l’échelle internationale (Zoomers et al. 2015 ; Hall et al. 2015 ; Gabas 2011 ; Cotula, Vermeulen 2009). Cet engouement produit parfois des prises de position dont les deux extrêmes sont matérialisés d’un côté, par une condamnation de ces transactions foncières et à leur assimilation au triomphe du néolibéralisme et de l’autre côté par une promotion d’un « libre » marché des terres. Cette « course à la terre » (Anseeuw et al. 2011) a, en effet, abouti à la production d’une littérature abondante regroupant majoritairement des travaux sur des cas d’étude nationaux.

Cette journée d’étude a pour but de tirer un bilan de ces expériences de recherche sur les transactions foncières et de faire dialoguer des situations de plusieurs régions africaines. L’objectif est alors de s’intéresser aux différents modèles et configurations des transactions foncières afin de dégager une perspective d’analyse comparative.
Cette journée d’étude porte un intérêt particulier aux cessions de terres qui sont issues de la vague d’acquisitions foncières par des acteurs internationaux (entreprises publiques et privées) et nationaux (entreprises, élites économiques et politiques (Hilhorst et al. 2011) et qui a été déclenchée par la triple crise financière, climatique et alimentaire à la fin des années 2000. Tout en reconnaissant que ces dynamiques d’acquisition foncière ne constituent pas un phénomène tout à fait nouveau (Platteau 1996; Crousse et al. 1986), la spécificité des transformations actuelles se traduit notamment par l’implication de nouvelles constellations d’acteurs (multinationales et corporations des pays émergents, médias et groupes d’activistes internationalisés, organisations internationales, etc.) dans la négociation de ces transactions.
Pour en savoir plus... Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | Fichier PDF

Mise en ligne 08 mars 2016 | Mise à jour : 08 mars 2016 | Auteur : Eric Léonard