CHAUVEAU Jean-Pierre

Chercheur membre du pôle | UMR 220 GRED-IRD-Université Paul Valéry


  • Institut de Recherche pour le Développement (IRD)
  • Montpellier
  • France

CV concis

Jean-Pierre Chauveau, socio-anthropologue, directeur de recherche émérite à l’IRD, est membre de l’UMR 220 GRED (Gouvernance, Risque, Environnement, Développement), directeur de thèses et chercheur associé à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Centre Norbert Elias, Marseille et Centre d’Études Africaines, Paris). Il est membre permanent du Comité technique « Foncier et développement » de l’AFD et du MAEE.

Ses recherches de terrain en Côte d’Ivoire sur l’anthropologie économique et politique du changement social en milieu rural l’ont conduit à partir des années 1990 à orienter ses investigations sur la question foncière en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’ouest. Il a notamment participé en 1996 à une expertise sur le Plan Foncier Rural, première étape de la réforme toujours en cours de la législation foncière ivoirienne.

Il a dirigé de 2007 à 2011 une équipe de doctorants ivoiriens sur les formes de mobilisation violente des jeunes ruraux durant le conflit ivoirien, en relation avec la question foncière dans la zone forestière (Projet ANR Transformations des guerres).

Il a été membre de 2009 à 2012 du Comité scientifique du projet européen NEGOS-RN « Gestion négociée des ressources naturelles » (GRET et partenaires).

Il est co-responsable du séminaire 2012-2013 « Guerre, humanitaire, asile et exils : terrains et théories » au Centre d’Études Africaines (EHESS-Paris), au cours duquel il présente les dimensions foncières des conflits contemporains dans les pays du Sud.

Thématiques de recherche

La recherche se situe à l’interface de trois champs thématiques dans les études foncières consacrées aux pays du sud, en particulier en milieu rural et en Afrique au Sud du Sahara :
- Les dynamiques historiques et contemporaines de l’accès à la terre et de son contrôle, avec comme axe principal d’analyse l’enchâssement socio-politique des droits fonciers et des dispositifs de régulation foncière ;
- L'intervention et les politiques publiques comme arène de médiation entre champ foncier, champ politique et normes sociales, avec comme axe principal d’analyse la remarquable continuité depuis plus d’un siècle de la promotion des politiques de formalisation légale des droits dits coutumiers en dépit de la faiblesse des résultats obtenus.
- Les dimensions foncières des guerres civiles et des conflits socio-politiques, avec comme axe principal d’analyse la place de l’enjeu foncier dans les modes de gouvernementalité des ruralités contemporaines.

Le programme de recherche vise à explorer les connexions entre ces champs thématiques qui apparaissent les plus structurantes des dynamiques socio-foncières : les mobilités des populations, les transferts fonciers extra communautaires et la construction d’une citoyenneté rurale clientéliste ; la dimension structurelle du processus de politisation des questions foncières ; la dimension éminemment politique et intrusive des politiques de sécurisation foncière par la formalisation des droits ; l’ancrage des mobilisations violentes dans la renégociation des identités et des appartenances autour de la figure politisée de l’autochtonie ; etc.

Participation aux programmes de recherche publiés sur ce site :